Agriculture Biologique, secteur où le numérique est en retard

La technologie est de plus en plus présente dans notre quotidien. Comme pour de nombreux autres secteurs d’activité, le domaine de l’agriculture biologique peut lui aussi profiter des avantages de l’informatique pour faire de grandes économies et communiquer de façon plus intelligente et moderne. Aujourd’hui, on peut dire que le numérique est une tendance qui ne s’arrête pas de gagner du terrain et qu’une absence sur ce nouveau média qu’est le web, peut avoir un impact majeur sur la rentabilité d’une entreprise.

De plus en plus de personnes se sentent concernées par cette tendance et sont prêtes à investir dans le domaine de l’informatique pour répondre aux nombreuses demandes de leurs clients.

Des agriculteurs de plus en plus connectés

Malheureusement, pour de nombreux agriculteurs, ce sont avant tout leurs enfants qui utilisent ces nouvelles technologies, faute de temps à y consacrer ou de connaissance des outils mis à leur disposition pour leur faciliter la vie. Cependant, ils sont de plus en plus nombreux à se rendre compte que le numérique peut être un outil indispensable à la bonne marche d’une entreprise. De plus, la tendance est désormais aux plates-formes numériques qui permettent de ne plus avoir à se déplacer pour réaliser une tâche, comme par exemple la commande de matériel agricole ou vendre en ligne sa production artisanale en produits du terroir.

L’agriculture biologique connectée

Pour être en phase avec le monde moderne, et surtout être plus compétitif, l’agriculteur qui s’est spécialisé dans l’agriculture biologique (mais cela vaut aussi pour les autres) doit savoir exploiter au maximum tous les moyens mis à sa disposition. Ce qui signifie que la communication web devient incontournable dans ses activités quotidiennes, tant par la gestion de ses mails, que de sa visibilité ou la gestion semi-automatisée des différentes tâches liées à son exploitation. Les agriculteurs sont donc prêts à franchir le pas et faire confiance aux solutions Web.

Les agriculteurs ne se rendent pas forcément compte des fonctionnalités qui peuvent être intéressantes pour eux, notamment dans le domaine de la communication web. Pourtant, ils ont déjà commencé à développer une connaissance des outils en ligne, en particulier en matière d’e-commerce. Ils sont aussi très nombreux à être présents sur les réseaux sociaux et à y communiquer leur savoir-faire, leurs produits issus de l’agriculture biologique ou de l’agriculture raisonnée .

Les consommateurs des produits du terroir à la recherche de productions locales

Les consommateurs ne sont plus prêts à accepter que leurs produits puissent venir de pays étrangers. Ils veulent savoir d’où viennent leurs produits, comment ils ont été produits, cultivés, transportés, stockés. Ils veulent que leurs produits soient locaux, surtout dans le domaine alimentaire afin de respecter le « Circuit court ».

En tant que consommateur, acheter en circuit-court permet d’être en relation directe avec les producteurs et ainsi connaître leurs méthodes de production et leur philosophie. La qualité de la production est également préservée, le producteur est rassuré car il sait que ses produits peuvent être vendus plus rapidement (même si en plus faible quantité par acheteur). Pour les consommateurs, les prix sont plus accessibles qu’en grande distribution.

Les circuits courts permettent aux agriculteurs de toucher un prix juste pour leurs produits, en évitant de nombreux intermédiaires et en minimisant les coûts de transport, de stockage et de commercialisation. Cela permet également une meilleure rentabilité et un développement des exploitations, en particulier pour les petites et moyennes exploitations ayant misé sur l’agriculture biologique.

Le circuit court est un concept qui peut s’appliquer à tous les secteurs. Les circuits courts existent pour la viande, le lait, les fruits et légumes, la pâtisserie, le boulangerie, le bois, le textile, le cuir, les produits recyclables… Dans ces secteurs, les circuits courts permettent aux consommateurs de se rapprocher des producteurs. Ils contribuent à une meilleure qualité alimentaire. Les circuits courts sont aussi le moyen pour permettre aux producteurs et aux consommateurs de se connaître.

Comment faire connaitre une production de produits en agriculture biologique ?

En agriculture biologique, la production et la commercialisation de produits sont intimement liées. Le fait que les agriculteurs écocompatibles produisent et vendent leurs produits directement à leurs clients, en les rencontrant personnellement ou via internet, renforce cette relation. Les clients, et les clients potentiels, ont la possibilité de rencontrer les agriculteurs et d’écouter leur histoire, partager leurs valeurs et leur passion, ce qui à son tour fait évoluer l’image du produit mais aussi la notoriété de l’agriculteur.

Au final, les clients sont rassurés par ce type de commerce et cela leur donne le sentiment d’avoir fait le bon choix.

Qu’est-ce que l’agriculture écocompatible ?

L’agriculture écocompatible est une agriculture qui se veut durable et respectueuse de la nature. C’est une agriculture biologique qui prône une agriculture à taille humaine, une agriculture sans pesticides, sans engrais chimiques, sans OGM, car on ne veut pas faire de mal à la nature. C’est une agriculture basée sur des connaissances scientifiques, mais aussi et surtout sur la connaissance des cycles naturels. C’est une agriculture qui privilégie les pratiques culturales, au détriment des intrants chimique ou biologiques. C’est finalement une agriculture basée sur la douceur de vivre.

Quel est le positionnement de l’agriculture biologique en France ?

En France, l’agriculture biologique représente à peine 1% de la surface agricole utile (SAU) mais elle contribue à hauteur de 4,5% du revenu agricole national. Elle constitue un segment de niche, ce qui constitue un défi pour les acteurs économiques et technologiques. Elle est toutefois en constante progression depuis plusieurs années.

Les consommateurs sont attirés par l’agriculture biologique car ils savent qu’il s’agit d’une agriculture qui peut relever les défis actuels comme le réchauffement climatique ou bien encore la crise alimentaire, sans faire de mal à la nature. Le « bio » est reconnu comme une force motrice de l’agriculture durable et de la biodiversité car il privilégie le fonctionnement des écosystèmes, au détriment de l’exploitation de la terre. L’agriculture biologique favorise donc la biodiversité grâce à des pratiques culturales, par exemple le labour profond, qui ne fragilisent pas la structure du sol. Elle contribue aussi à la préservation des paysages car elle repose sur la rotation des cultures et elle n’implique généralement pas l’utilisation d’intrants chimiques.

Par ailleurs, les consommateurs sont sensibles à la qualité des produits et à leur traçabilité. L’agriculture biologique joue en ce sens un rôle important en assurant une traçabilité parfaite et en proposant des produits de qualité naturelle, qui ne contiennent pas d’additifs, d’additifs alimentaires ou d’OGM.

Enfin, l’agriculture biologique rassemble des agriculteurs qui sont à l’origine des pratiques agricoles les plus respectueuses de l’environnement. Par ailleurs, l’agriculture biologique est une manière efficace de réduire les inégalités sociales et territoriales en rendant les paysans autonomes et indépendants, ce qui leur permet de bénéficier d’une réelle autonomie économique et sociale.

En conclusion:

L’agriculture biologique est une agriculture respectueuse de l’environnement qui permet de garantir la qualité des produits et qui contribue à la préservation des paysages et de la biodiversité. Il est de la responsabilité de chacun de soutenir les acteurs de cette agriculture responsable.

Ensemble, soutenons-les  !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.