maison

Acheter un appartement pour le louer : est-il rentable d’investir dans l’immobilier ?

Est-il rentable d’acheter un appartement pour le louer ? Est-il rentable de placer toutes ses économies dans un appartement ? Investir dans un appartement à louer sera l’une des possibilités que de nombreux investisseurs envisageront en cette nouvelle année. Afin que vous puissiez conseiller vos clients en toute connaissance de cause, nous avons voulu analyser la rentabilité de la location d’un appartement.

Acheter un appartement pour le louer : la rentabilité sous la loupe

La première déduction qu’un étranger à la profession pourrait faire est que plus le prix d’achat est bas, plus la rentabilité est élevée. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Il existe des zones à très bas prix dans les grandes villes qui, précisément en raison de leurs défauts, les rendent peu attrayantes pour la location. Si l’un de vos clients commet cette erreur, faites-lui comprendre que le quartier est toujours important et qu’une propriété bon marché n’est pas forcément la meilleure dans laquelle investir. Trouvez ici plus de détails.

Quelle typologie est la plus intéressante

Il est également faux de croire que les plus petites propriétés sont les plus rentables. Selon une analyse des données, les typologies les plus attractives du point de vue de la rentabilité sont celles comprises entre 180 et 250 m2. Au-dessus, la rentabilité baisse, et en dessous, la demande est plus faible. Toutefois, la rentabilité d’un bien immobilier dépendra (beaucoup) de la zone dans laquelle il se trouve. Par exemple, dans la ville de Madrid, tout n’est pas attrayant dans le centre. Il existe des micro-zones où la rentabilité locative atteint presque 3,7 %, alors que dans d’autres zones voisines, elle peut descendre à 2,15 %.

Comment calculer la rentabilité d’une location

L’opacité du marché fait qu’il est difficile de disposer de données en temps réel sur les rendements locatifs. Cependant, vous pouvez suivre cette petite formule pour le savoir : Divisez l’argent annuel obtenu de la location du bien par son prix de vente. Ainsi, par exemple, si le bien est loué 12 000 euros par an (1 000 euros/mois) et vaut 240 000 euros, il offre un rendement brut de 5 %. (12.000/240.000) x 100 = 5%.   Cependant, cette formule ne tient pas compte d’une multitude de dépenses qui doivent également être prises en compte, telles que les frais de communauté, l’IBI, les taxes foncières dérivées du loyer, les éventuelles réparations du bien, les assurances et un long etcetera. Sans oublier qu’entre deux locataires, le bien peut rester vide et qu’il n’y a donc pas de revenu.

Qu’est-ce qu’un rendement adéquat ?

Si l’on tient compte des différents scénarios de rentabilité financière, le chiffre peut varier. Un dépôt à terme fixe (qui offre jusqu’à 3% dans le meilleur des cas) n’est pas la même chose qu’un dépôt variable (avec ses risques, mais qui peut atteindre jusqu’à 25%). En outre, il ne faut pas oublier qu’il y a des coûts associés à la location d’un bien, comme le nécessaire certificat énergétique, qui est obligatoire pour acheter ou louer depuis 2013. Dans un cas comme dans l’autre, on considère qu’acheter pour louer a pour avantage d’enrichir le patrimoine de ceux qui le possèdent. Et si ce n’est pas le cas, il suffit de demander à des personnalités

Enfin, il convient de noter que les changements politiques que nous connaissons influenceront les décisions d’achat. Même si les budgets généraux déjà approuvés sont respectés, il peut y avoir des changements dans la législation qui affectent les parties prenantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *